Médecine & Chirurgie esthétique

La médecine esthétique est-elle utile en période de confinement ?

Les cabinets médicaux de médecine et chirurgie esthétique sont ouverts en cette période de confinement. Quel rôle peut jouer notre apparence physique lors d’un confinement ? Ou encore est-ce la bonne période pour poursuivre ou commencer un traitement en médecine esthétique ?

Rencontre avec le Docteur Arnaud Lambert, médecin esthétique .

Quel rôle a, selon vous, la médecine esthétique dans la vie des personnes qui font appel à ce type de médecine ? D’ailleurs aujourd’hui, que propose la médecine esthétique ?
La médecine esthétique joue un rôle croissant auprès d’un public de plus en plus large, de tout âge et de tout genre. La médecine esthétique est amenée à apporter des solutions efficaces, sécurisées, accessibles et réversibles à tous ces patients animés par une quête grandissante de bien-être et de renforcement d’estime de soi. En effet, souvent les patients ou patientes constatent un décalage entre ce qu’ils voient dans leur miroir et ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux-mêmes. D’où une sensation de malaise, de mal être.

La prise en charge est donc aujourd’hui autant un traitement de problèmes précis qui perturbent le quotidien de patients qui n’arrivent à se reconnaître,  qu’une démarche d’accompagnement des signes du temps modifiant les traits, les expressions et les émotions transmises.


Mais la médecine esthétique est aussi une démarche préventive de santé et de beauté de la peau et du corps.

La médecine esthétique est une science, qui grâce à l’évolution rapide des connaissances est devenue personnalisée et prédictive.
Une analyse fine du visage permet d’évaluer les besoins de chacun, d’identifier les zones de fragilité et d’anticiper le vieillissement.
Enfin c’est une relation de confiance, une écoute et un dialogue entre un médecin spécialiste et un patient aboutissant à un suivi sur-mesure.

Certains ou certaines vont dire «  l’apparence ? C’est superficiel surtout en ce moment ! Les marques du temps sur le visage écrivent notre histoire. Pourquoi les supprimer ? Les atténuer ? » Que répondez-vous à cela ?

Ce que certains appellent l’apparence n’est en aucun cas superficiel. Il ne s’agit jamais d’une futilité lorsqu’un patient franchit le pas d’un cabinet de médecine esthétique.
Il ne faut pas confondre apparence et image de soi.

L’image de soi est fondamentalement liée à l’équilibre et au mieux-être et participe à notre identité.


La médecine esthétique permet désormais d’améliorer cet équilibre, apporte une réassurance dans ce monde hypermédiatisé. De ce point de vue l’apport de notre prise en charge est légitime et il est moral d’apporter le meilleur de notre savoir faire au plus grand nombre.
Cette envie de mieux-être est un droit, que l’on peut revendiquer.

Je défends une médecine esthétique qui renforce les patients, qui les conforte dans leur identité, et qui en aucun cas ne les modifie ni ne les perturbe.

Déterminer quelles marques sont à atténuer, quels traits sont au contraire positifs, quelles zones sont à renforcer, quels creux sont à corriger, quels points sont à mettre en lumière est l’essence de notre prise en charge. L’objectif une fois encore est que ce que ressent le patient soit en adéquation avec ce qu’il exprime.
Cela découle de la consultation, de notre compréhension de la démarche du patient, de l’apport de nos connaissances scientifiques, des règles esthétiques et de la subtilité artistique.
L’équilibre est au bout de cette réflexion. La satisfaction du patient et du médecin aussi.

Que viennent chercher les patients ou patientes qui viennent en votre cabinet en cette période de confinement ?

Les motivations sont multiples. Certains sont pragmatiques et profitent de ce temps pour prendre soin d’eux, réaliser des soins pour lesquels ils ne prenaient pas le temps habituellement, notamment ceux nécessitant une éviction sociale.

D’autres ont une réelle prise de conscience dans le contexte actuel de la nécessité de prendre soin d’eux, et en particulier sont en recherche de soins préventifs. La période est en effet anxiogène et les craintes multiples (maladie, vieillissement, isolement…). Ils sont donc à la recherche de nouveaux horizons et du contact privilégié avec le médecin esthétique.
Il est également vrai que la modification du style de vie a apporté une recrudescence de certains traitements, la prise en charge des cernes, du regard… en bodycontouring aussi… probablement en lien avec le port du masque, les nombreuses visioconférences et la sédentarité imposée à certains. 

Aussi nos patients habituels nous confient souvent leur soulagement de pouvoir honorer leur rendez-vous, notamment lorsque les plans de soins sont établis avec des progressions dans le temps, avec une périodicité programmée sur-mesure, ou lors des traitements en plusieurs séances tels que le détatouage ou l’épilation au laser.

Photo de 3Motional Studio sur Pexels.com

En période de crise sanitaire mais pas que ….puisqu’il règnent beaucoup d’incertitudes, s’occuper de soi, n’est-ce pas un moyen de reprendre un  petit peu de contrôle, entre autre, celui de son corps, et donc de se rassurer ?

Bien sûr cela s’inscrit dans la lignée de mes réponses précédentes. La réassurance et la confiance en soi qu’apportent les soins sont essentielles pour surmonter les épreuves et envisager l’avenir.

La médecine esthétique a un coût. Pour ceux ou celles qui souhaiteraient actuellement effectuer des actes de médecine esthétique pour corriger un aspect de leur physique qu’ils considèrent comme un défaut et qui n’ont pas forcément les moyens, que leur conseillez-vous  ?

Evidemment les soins ont un coût. Là encore le rôle du dialogue entre le praticien et le patient est clé. Déterminer des soins en accord avec le budget de la patiente ou du patient, organiser les priorités et la progression du plan de traitement.
Le contrat moral avec le patient est de bien traiter son argent, véritable investissement sur et en lui-même.
Le budget du patient est un facteur que nous intégrons ensemble.

Quels sont les soins que vous recommanderiez en cette période ? Et d’ailleurs, existe-t-il une contre-indication, ou un danger à faire par exemple des injections de toxine botulique ? Si une personne a été injectée en toxine botulique que se passe t-il si elle attrape le coronavirus ensuite ?

Je ne pense pas qu’il faille changer les plans de traitements qui ont été définis lors de la première consultation. Il faut toujours réaliser les actes qui semblent le plus justifiés, correspondant à la meilleure réponse à apporter à la problématique des patients.
Certes, il est plus facile de supporter l’éviction sociale en ce moment, qu’en plein été, ce qui peut faciliter la réalisation de certains actes.

Nous avions la crainte au début de l’épidémie de subir des réactions inflammatoires post injections d’acide hyaluronique. C’est un phénomène qui n’est pas rare après une infection virale quelle qu’elle soit, même la plus bénigne.
Bien heureusement force est de constater que nous pouvons être rassurés de ce point de vue, car nous n’avons pas constaté de majoration de ces évènements cette année.
Je tiens d’ailleurs à saluer la coordination de l’ensemble des médecins qui se sont efforcés d’organiser une vigilance à ce sujet, aussi avec le concours des laboratoires fabricants d’acide hyaluronique, pour assurer la sécurité de nos patients.
Concernant les autres actes, il n’y a pas non plus de risque particulier.
Il convient simplement de respecter au mieux les mesures d’hygiène médicales, auxquelles nous sommes habitués depuis notre parcours universitaire et hospitalier.

Une routine beauté à appliquer durant le confinement ?

Je vais enfoncer une porte ouverte, mais la routine beauté à appliquer pendant le confinement est celle qui est adaptée à votre peau, celle que votre médecin vous a déjà conseillé avant le confinement.

Certaines adaptations peuvent être apportées. Il est salutaire en cette période où l’activité sociale et ses contraintes ont diminuées, de réduire la quantité de maquillage lorsqu’on le peut, laissant ainsi la peau respirer.
A contrario, on a constaté avec le port du masque, que certaines personnes développent de nouvelles souffrances cutanées, qu’il peut être intéressant de combattre, avec par exemple des rétinoïdes topiques le soir ou des AHA (alpha-hydroxy acides).
Enfin il ne faut pas négliger les actifs anti-oxydants, même les plus simples comme la vitamine C.
Certains soins (peelings, mésolift, skinbooster…) au cabinet peuvent donner un coup de boost à cette routine, renforçant les barrières naturelles, le teint, l’éclat et l’hydratation, en quelques minutes et sans éviction.

Nous n’insisterons également jamais assez sur le fait que la santé de la peau est influencée par les modes de vie, la qualité de l’alimentation, le tabagisme, l’activité physique, le sommeil etc.…  De plus, il est certain que le mode de vie joue un rôle majeure pour les défenses immunitaires, cruciales dans cette période pandémique.

Prenez soin de vous, vous le méritez

1 réflexion au sujet de “La médecine esthétique est-elle utile en période de confinement ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s