Chirurgie esthétique Hommes, corps, Médecine & Chirurgie esthétique, tendances et nouvelles techniques, visage

Les dernières tendances en médecine,chirurgie esthétique

homme femmeInnovation : maître mot clé de notre société en perpétuel changement.
La médecine et chirurgie esthétique ne sont pas en reste. Aussi, c’est sous l’impulsion du Professeur Jean-Paul MENINGAUD, chef du service de chirurgie plastique et maxillo-faciale CHU Henri Mondor (Créteil) et du Docteur Barbara HERSANT, chirurgien plasticien & esthétique CHU Henri Mondor que le congrès AIME  a choisi, lui aussi d’aborder les dernières innovations avec une place centrale  accordée à l’anti-âge (médecine régénérative, préventive et prédictive) et ce, dans une  dimension transversale faisant appel à toutes les spécialités pratiquant des gestes esthétiques (chirurgie plastique, maxillo-faciale, ORL, gynécologie, dermatologie, médecine…)

Aussi, aujourd’hui quels sont les soins les plus innovants et performants que les médecins et chirurgiens esthétiques peuvent  proposer pour répondre à vos besoins dans chacun des domaines mentionnés précédemment ?

Découverte avec les explications des  Docteurs  : Professeur Méningaud, Docteur Claude DALLE,  Docteur Barbara HERSANT, Docteur  Dona DONICI

Dr. Jean-Paul MENINGAUDAvec les explications du Professeur Jean Paul MENINGAUD

>Injections :  la perfection grâce à un robot injecteur.
Chez votre praticien, un robot va vous injecter…Mais rassurez-vous il ne réalise pas seul l’acte. Le praticien est à côté : son avis est précieux, tout comme ses conseils. Le robot présente un avantage  : il injecte la juste dose (avec une redoutable précision) dont vous avez besoin.

>Peau : j’imprime ma nouvelle peau, le bio printing
Objectif : apporter une solution lors de greffes pour éviter notamment les problèmes de rejets. L’idée : trouver un moyen de pouvoir se passer de greffes autologues ou hétérologues grâce au bio printing, c’est à dire à l’impression du tissu vivant.
Dans ce congrès, c’est le Docteur  Vidal qui a présenté un type de bioprinting réaliste et fiable d’aréoles mammaires qui devrait très vite relever de la pratique courante.
Voilà de quoi apporter des solutions aux femmes en reconstruction mammaire. Et demain, tous dans une nouvelle peau ?

Dr. Barbara HERSANTAvec les explications du Docteur Barbaran Hersant 

>Grossesse : mon corps canon avec le  Mommy makeover.  

Rappel : Après un accouchement, certaines femmes peuvent connaître des séquelles liées à la variation pondérale et à la distension cutanée et du périnée. Lorsque cela engendre une souffrance physique et/ou psychologique, la chirurgie esthétique apporte ses solutions.

L’idée : proposer un traitement du ventre, des seins, des parties génitales en une seule anesthésie générale..Les avantages sont bien sûr économiques, mais pas que …puisque la personne est opérée une seule fois, donc cela entraîne moins d’impact sur sa vie personnelle et professionnelle, et bien sûr, présente l’avantage de ne réaliser qu’une seule anesthésie.
Cependant, et le Docteur HERSANT insiste : il faut être conscient qu’une telle opération présente également des risques puisque la personne demeure sous anesthésie longtemps, que cela peut entraîner une déglobulisation donc un risque de transfusion. Donc, pour être une patiente éligible, il est important de ne pas avoir de comorbidité, d’être prise en charge dans un service avec réanimation et, suivre les conseils du chirurgien, qui pour éviter les risques, propose un programme en plusieurs étapes.  Ces défauts esthétiques ne justifient pas une prise en charge par l’Assurance-Maladie.

>Et quant est-il des rapports sexuels difficiles post grossesse ?
Rappel : après un accouchement, les femmes parfois, ont des pertes urinaires, de selles, ou encore et très gênants produisent des gaz intestinaux, une diminution de la satisfaction sexuelle, sans évoquer la descente d’organe.
Tout cela entraîne des conséquences psychologiques dans le quotidien de la femme qui se manifeste par un manque d’estime de soi, pouvant aller jusqu’à une dépression.
Les solutions ? Il existe différents actes concernant la restauration vulvo-vaginale pour être le plus adapté au cas de la patiente.

Dr. Dorina DONICIAvec les explications du Docteur  Dona DONICI. Gynécologue et chirurgien plasticien spécialiste de l’anti-âge

Érection : un problème ? Des solutions  !
Avant de se plonger dans un traitement hormonal….

Le docteur informe que ce type de trouble implique un bilan complet qu’un médecin spécialisé en médecine anti-âge globale recommandera. A cela s’ajoutent une échographie pelvienne tout comme un doppler des vaisseaux du pénis.
Pourquoi ? Pour avoir  avoir une vision la plus précise du problème afin de trouver la meilleur solution à apporter.
En effet, pour ce qui concerne les hommes jeunes, pour le Docteur Dona DONICI, il est  dangereux de commencer par la thérapie hormonale substitutive car l’organisme a encore assez de réserves pour produire ses propres hormones stéroïdiennes. Et, une thérapie hormonale substitutive administrée dans un corps mal soigné augmente le risque de formation des tumeurs.
De plus, la dysfonction érectile est un problème plus global qu’on ne le pense. C’est une symbiose entre l’état psychique et physique, l’équilibre des neurotransmetteurs, de l’orexine et de l’ocytocine, et d’autres éléments métaboliques.
Pour les hommes plus âgés, il faut tenir compte du déclin hormonal. Pour cela, il faut bien étudier les types d’ hormones manquants et indiquer la dose thérapeutique optimale. Actuellement on utilise dans notre pratique la thérapie hormonale combinée (différents types d’hormones stéroïdes et non stéroïdes si besoin). Surtout, il faut consulter son médecin le plus rapidement possible pour régler ce problème car plus on tarde, plus il sera difficile de le résoudre.

Avec les explications du Docteur DALLE, Président de la Société Française de Médecine anti-âge

Dr. Claude DALLEHormones : en consommer pour bien vieillir. Oui mais…ce qu’il faut savoir avant !

Pour rappel  : il existe de nombreuses hormones parmi les plus connues du grand public, on peut citer (dopamine, ocytocine, oestrogènes, progestérone, testoterone, adrénaline, la noradrénaline, insuline, mélatonine…)

Si pour les personnes en ménopause ou encore en andropause, il est indéniable qu’elles ont grandement intérêt à être, si possible, traiter avec des hormones pour éviter de nombreuses pathologies (métaboliques, osseuse, neurodégénératives, cardiovasculaires), le timing, la durée, les types de thérapeutiques et les dosages doivent toujours être soigneusement évaluer.
Pourquoi ? Parce qu’une hormone  est transportée et en fonction de l’état hépatique, état corporel  du patient ….De ce fait selon les patients, on a un transport complètement différent. Ensuite,  il y a les récepteurs des hormones (qui les reconnaissent et les captent) et qui peuvent être modifiés. Enfin, il existe le  problème de l’élimination des hormones.  D’ailleurs, dans ce domaine, grâce à la génétique,  la médecine a beaucoup appris quant à leurs déchets. Par exemple , on sait que certains polymorphismes (mutation) génétiques vont ralentir l’élimination et augmenter le risque de cancérisation. Et puis, le microbiote joue un rôle également très important.

Tout cela implique qu‘on ne peut pas donner à tous les patients, la même dose d’hormones. On ne peut pas généraliser, et donc cela engendre une médecine individualisée.
Cette dernière doit permettre de connaître dans les moindres détails l’état du patient. Et de ce fait,  on va faire des tests génétiques, des prises de sang détaillées… Donc, il faut que le patient s’implique et accepte. A l’heure actuelle, il faut savoir que les tests ne sont pas remboursés, donc le patient doit pouvoir avoir les moyens de les payer. (entre 200 et 500 euros environ mais tout dépend des tests).
En conclusion, pour éviter toutes déficiences et tous excès qui se révèlent délétères, la génétique  apporte un éclairage fort et modulateur. Ainsi, le focus sur les hormones s’est précisé, affiné, tout en élargissant son champ, pour fournir une médecine plus personnalisée et individualisée.

Avec les explications du Professeur Jean Paul MENINGAUD

Vieillissement : comment agir pour le ralentir ? Les mitochondries …à étudier ?

Pour rappel : Il faut savoir que les principales théories du vieillissement s’orientent autour de 3 axes :
-la neuroendocrinologie (par exemple,  en vieillissant on perd la capacité à sécréter des hormones,
– la glycation (cette sorte de « caramel », de pont, qui se fixe entre les molécules)
– la théorie radicalaire. (les radicaux libres vont créer des dommages dans les cellules et enclencher le vieillissement).

Si l’on regarde de plus près, le noyau de ces 3 théories peut être le dysfonctionnement de la mitochondrie (elle apporte aux cellules l’énergie dont elle a besoin pour vivre). En effet, 90 % de la réduction de l’oxygène se produit dans les mitochondries et la majorité des radicaux libres sont produits par les mitochondries.
Et, il se trouve que des études ont confirmé que l‘affaiblissement des mitochondries joue un grand rôle dans le vieillissement.
A cela s’ajoute le fait qu’un anti-radical libre pris à l’excès peut se transformer en radical libre. Le remède devient pire que le mal.
Alors que faire pour gérer au mieux le vieillissement ? Non pas supprimer les radicaux libres, ce qui de toutes les façons n’est ni possible ni souhaitable, mais de retrouver un équilibre.

Médecins esthétiques : au fait, ils sont formés comment pour nous injecter ?

Grâce à  la réalité augmentée  ! Et c’est vraiment formidable, comme l’exprime le professeur, car il est toujours difficile d’enseigner les injections. Aujourd’hui, les médecins qui suivent un enseignement concernant les injections peuvent grâce à la réalité augmentée projeter les structures anatomiques sur le visage de la patiente et cela de façon hyper réaliste.  Ainsi, les « zones à risques » du visage sont très visibles. Le gain en pédagogie est énorme et le futur praticien peut apprendre sereinement.

 

En conclusion, l’apparence physique et le bien être/la santé se rejoignent dans ce congrès. Grâce aux tests génétiques, à des analyses pointues du microbiote, on peut anticiper les maladies et apporter aux patients la supplémentation qui lui convient. Cette médecine prédictive  pourra s’étendre à tout le monde. Ainsi la médecine générale  ne soignera plus, mais anticipera, dès le plus jeune âge grâce à la génétique les « points faibles » de l’organisme et permettra d’agir avant que la maladie ne se déclare.
Quant aux actes de médecine et chirurgie esthétique, ils bénéficient des dernières avancées pour réduire le post opératoire notamment.
Bref, on entre dans un monde où chacun, chacune en vient à être responsable, impliqué, investi quant à sa prise en charge de sa santé et et de son bien-être. Quant à son corps, on parvient à le modifier, le sculpter avec précision…ce qui  engendre un nouveau rapport à soi, à l’autre et au monde.

(crédit photo : Pexels et congrès AIME)

2 réflexions au sujet de “Les dernières tendances en médecine,chirurgie esthétique”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s