Healthy Living, Joy Healthy Food, Longevité, Micro-nutrition

Manger : du nouveau, du bon, du bien-être !

Le  programme national nutrition santé (PNNS)  vient d’ afficher ses nouvelles propositions. Ce programme fut lancé en 2001 afin d’établir une politique nutritionnelle ayant objectif , la réduction de l’obésité, la diminution de la consommation de sucre ou encore de sel, ainsi que l’incitation à la consommation de fruits et légumes. En effet, depuis Hippocrate et son adage « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » on le sait, nourriture et santé, sont liées. Cependant, la beauté en bénéficie également, la peau étant le reflet de notre alimentation. C’est ainsi que l’on peut obtenir une peau plus ferme, souple, ou encore un teint éclatant, avec un corps resculpté en choisissant ses mets.

Mais, revenons à  ce programme. Aujourd’hui, de nouveaux conseils s’ajoutent. Axelle Mayet, Docteur en Pharmacie, Experte en Nutrithérapie préventive,  nous le détailler.

Quelles sont les nouveautés abordées par ce programme ? 
De nos jours, nous l’avons compris le microbiote et la réduction de l’inflammation sont essentiels pour avoir une bonne santé.  Le nouveau PNNS évolue en ce sens. C’est une bonne surprise .

len.jpgPouvez-vous nous détailler les dernières recommandations ? 
J’ai pu constaté en lisant ce nouveau programme que l’accent est mis sur les légumineuses et les fruits à coques. Franchement, c’est une excellente surprise. Ces aliments sont très riches en protéines végétales mais surtout leur index glycémique s’avère bas, et c’est là, tout leur atout ! De plus, les lentilles, pois chiches, épeautre, riz noir sont des produits qui sont de bons nutriments pour le développement de la flore microbiotique et la santé. Les noix apportent les bons acides gras et les légumineuses sont d’excellents prébiotiques et dont les tarifs ne sont pas excessifs. J’aurais tendance à privilégier le bio pour éviter trop de pesticides.

Certes, mais par rapport aux habitudes alimentaires françaises, peut-être que pour certaines personnes, cela implique une autre façon de cuisiner?
Oui, bien sûr, on quitte le tout transformé qui altère notre flore intestinale et, au long cours, notre santé. Mais vous savez, il suffit de regarder les recettes de cuisine pour végétariens. Cuisiner, aujourd’hui, est simple et rapide. On peut faire tant de choses avec des lentilles par exemple !

Poursuivons l’étude de ce nouveau programme.

Réduire sa consommation de sucre
J’ai lu que la réduction de consommation de sucre est maintenue. Et cela est vraiment une bonne nouvelle. Car le sucre raffine est vraiment un poison pour notre corps, les conséquences au long terme sont l’augmentation de triglycérides dans le sang ou l’insuline résistance. Trop de sucres vous prédispose aux maladie cardiovasculaires et au diabète et obésité.

D’ailleurs, de nombreuses études scientifiques abondent en ce sens. Surtout, il faut être vigilant car  il est ajouté dans beaucoup de produits prêts à consommer. De ce fait, nous en consommons sans le savoir.

oasiss.jpgSavourer sans modération pour les fruits et légumes
Quant à la consommation de 5 fruits et légumes, elle demeure. Mais, la recommandation va encore plus loin puisque des apports supérieurs en légumes sont conseillés. En effet, ces derniers sont riches  en anti-oxydants et en vitamines à conditions de bien les choisir bio et, de les cuisiner vapeur, ou blanchis, ils permettent de prévenir les maladies cardiovasculaires et dégénératives, l’ostéoporose et participent à la stabilisation du poids grâce à leur index glycérique bas.
Mention très bien à l’incitation pour la consommation de produits de saisons et locaux. Nous sommes  plus en harmonie avec la nature  mais surtout, ils sont plus riches en vitamines que s’ils étaient produits sous serre et importés.

Manger de la bonne « graisse »
J’insiste aussi sur une autre nouveauté qui apparaît dans ce programme : la différenciation des graisses selon leur qualité avec la mise en avant de la consommation des huiles riches en oméga-3 au profit de celle qui contiennent beaucoup d’oméga-6. Les omégas 3 apportent deux constituants essentiels le DHA et EPA qui influent sur notre état inflammatoire et le régule,
Les omégas 6 dans un rapport trop élevé sont pro-inflammatoire, ce que l’on cherche à éviter pour prévenir toutes les maladies chroniques.
Mais surtout, dans l’idéal, ce qui compte c’est l’équilibre des omégas : 3,6  dans un rapport favorable pour la santé. Pour information, cela se mesure facilement par un bilan des acides gras sur une analyse de sang.

Bouger : 10 000 pas….
J’ai noté également que la lutte contre la sédentarité est maintenue avec encore, un nouveau conseil  :  « ne pas rester assis trop longtemps ». En général, il est préconisé de bouger toutes les heures. L’astuce : le programmer sur son téléphone portable pour celles ou ceux qui travaillent sur écran, par exemple. Ainsi, effectuer quelques exercices de marche, étirements  et « vider » son esprit génèrent de meilleures performances par la suite. : 10 000 pas par jour sont préconisés par les études scientifiques pour un effet positif sur la santé.
Donc, il faut bouger toutes les heures même au travail, descendre une station de métro plus tôt et rentrer à pieds. L’accent est mis sur la diversité des sports comme l’endurance, la musculation, les étirements. Personnellement, je trouve que le Pilates ou encore le Yoga apportent d’excellents résultats quant à la musculation du corps mais aussi avec des effets sur le mental. Les personnes gagent en concentration, et leur humeur s’avère plus gaie !

Cuisiner
Enfin, le « fait-maison «  est encouragé et , c’est tant mieux ! Les produits ultra transformés n’apportent que des sucres cachés ou encore des mauvaises graisses sources de diabète, cholestérol et bien d’autres maladies cardiovasculaires ou encore de cancers.

En conclusion, je dirais qu’enfin, les nouveautés de ce programme mettent l’accent sur le fait qu’il est essentiel de bien choisir ses aliments, notamment ceux qui agissent positivement sur nos bactéries intestinales santé et qui permettent de les développer.

J’ajouterai aussi la notion de plaisir. Car manger est avant tout un plaisir ! N’hésitez pas remplacer le blé raffiné de vos desserts avec des farines de chanvre, châtaignes ou encore de sarrasin, utiliser le sucre de coco dont l’indice glycémique est plus bas, et un bon goût de caramel .Pour ce qui est du salé, les légumineuses permettent de cuisiner des plats succulents et les grands chefs l’ont bien compris, puisqu’ils les utilisent de plus en plus. Du plat ultra transformé hier, il est suggéré de reprendre la main sur la confection de bons petits plats….

Axelle Mayet fait partie des spécialistes auxquels Sens&Peau a choisi de faire appel pour vous donner des informations en matière de nutrition. En effet, elle a fait de la nutrithérapie et nutrigénétique… son expertise. Elle intervient en tant que consultante internationale pour des cliniques privées ainsi que des laboratoires. De plus, régulièrement, elle suit des formations scientifiques dans des universités réputées.

(crédit photo : pulcherry)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s